Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 09:19

Cher monsieur,

 

J’ai ouï dire par certains collègues que nous avons en commun que mon physique vous plaisait.

 

Je tiens, par cette lettre, à vous présenter mes excuses.

 

Mes excuses car je ne suis pas cette femme que vous fantasmez.

 

Je ne suis pas cette femme qui considère comme de la flatterie les termes que vous avez utilisé pour me décrire.

 

Je ne suis par ailleurs pas cette femme qui aime qu'on la décrive physiquement pour en parler.

 

Je ne suis pas cette femme qui choisit ses vêtements le matin en pensant à vous et à ce que vous pourriez aimer ou non.

 

Je ne suis pas cette femme qui trouve des excuses pour travailler avec vous pour le simple plaisir de se laisser regarder par vos yeux pernicieux.

 

Je ne suis pas cette femme qui fantasme à l’idée de savoir qu’à quelques mètres de son bureau, un collègue explique à son équipe comment il voudrait lui faire l’amour (mille pardon, je traduis sans doute mal votre « péter la rondelle »).

 

Je ne suis pas cette femme qui aime qu’on parie sur son tour de poitrine (enfin, je veux dire « gros roberts ») après une réunion de travail.

 

Et je tenais donc à vous présenter mes excuses car non seulement je ne suis pas cette femme mais sachez que cette femme que je dépeins et que vous fantasmez n’existe pas. Personne ne tient à être humilié de la sorte, pas même cette sous-catégorie que vous toisez allègrement et que vous pensez devoir dominer. Non, les femmes sont des êtres humains comme vous et mérite le respect, comme vous. Malgré votre comportement.

 

Vous comprendrez bien que si notre collaboration ne vous ramène qu’à mon physique et à des supputations de ce que vous pourriez faire de mon corps, je ne puis plus longtemps perdre mon temps à travailler avec vous. Car, bêtement (encore toutes mes excuses), j’ai collaboré avec vous pour simplement faire mon travail et je me trouve bien sotte d’avoir cru que nous avions en commun un  certain professionnalisme.

 

La seule chose que nous avons en commun, ancien collaborateur, c’est le fantasme. Car si vous, vous fantasmez et digressez sur la manière de soumettre les femmes à vos désirs sexuels,  je fantasme quant à moi sur le fait que des types comme vous n’existent plus.

 

Nous voilà tout deux déçus. Encore pardon.

 

Bien à vous,

Repost 0
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 23:27

 

Cher Patrick Bruel,

 

Ma missive sera brève, comme votre interview sur Mfm que l’on m’a récemment relayée.

Vous y décrivez la prostitution comme « absolument obligatoire ».

 

Je tenais à vous rappeler que le terme « obligatoire » désigne ce qui est exigé par la religion, la loi et par extension par la bienséance ou encore la morale.

 

CPB03Pouvez-vous m’expliquer, en retour, en quoi la vente de son corps et, par extension, le trafic d’être humain est-elle une exigence impérative ?

 

Et puis, tant que vous y êtes, pouvez-vous également me rassurer ? Avez-vous trouvé les réponses (évidentes à mon sens) à votre question concernant monsieur Dominique Strauss Kahn : « mais au final, qu’a-t-il fait de mal ? ». Si vous cherchez encore, je me ferai un plaisir de vous expliquer ce que ce monsieur, que vous aviez rêvé comme président et que vous voudriez consultant à l’Elysée, a à se reprocher.

 

En attendant votre réponse, je continue à déclarer qu’un viol s’appelle un viol et non une « situation dangereuse » comme vous le chuchotiez, un peu gêné, en parlant des maisons closes. Et ne croyez pas que mettre ces « pauvres filles » (comme vous les appelez si bien, conscient que ce ne sont pas toujours des femmes mais surtout des jeunes filles qui offrent leurs corps) dans des bâtiments permettra de « réguler » les choses et d’éviter ces fameux viols, violences et persécutions. Votre naïveté n'a d'égale que vos ventes d'albums.

CPB01.jpg  

Et par pitié, ne comparez pas la réouverture des maisons closes à la régulation des jeux de poker en ligne ! Vos arguments, de par leur stupidité, vous enfoncent dans des sables mouvants. Savez-vous seulement de quoi vous parlez ? Non, la prostitution ce n'est pas "bien", "clean" ni "sympa" pour reprendre vos qualificatifs.

 

Mais sachez que je ne vous en veux pas. Je n’ai de reproche à faire qu’à votre interlocuteur qui vous pose des questions dont on ne veut, tout simplement, pas connaître vos réponses. Votre métier c’est d’écrire et chanter des textes pleins d’amour, pas de positionner vos convictions. Je condamne donc ces journalistes qui vous demandent plus que vous ne savez faire.

 CPB04

 

Chantez pour la bonne cause si vous le voulez mais ne parlez plus des causes défendues par d’autres. Après tout, moi, on ne me demande pas ce que je pense de Stu Ungar. Au mieux, dans votre domaine, je pourrai évoquer Annie Duke qui a refusé de jouer dans les tournois de poker féminin, expliquant qu’on ne pouvait trouver plus égalitaire comme sport.

 

 

 

Et rassurez-vous, monsieur Bruel, vous vieillissez comme les crooneurs de votre enfance, en pensant qu’aimer les femmes c’est savoir dire laquelle est la plus jolie.

 

Bien cordialement,

 

Màj du 06/03/2013 : je viens d'apprendre que M. Bruel a été choisi comme animateur vedette d'une chaine de radio pour la journée du 8 mars, "journée des femmes". Doit-on rappeler que cette journée a pour thème "les DROITS des femmes" et que je ne comprend toujours pas comment un chanteur "beau gosse" y trouve sa place ?!

Merci aux médias de nous offrir toujours plus d'hommes le jour où nous sommes censés nous rappeler les droits qui nous sont dus et que nous n'arrivons pas à obtenir (égalité salariale, égalité d'embauche, respect de nos positions, choix et de notre corps, etc.).

Repost 0
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 11:04

Madame,


Ma mère m’a enseigné la tolérance. Cette capacité à comprendre les principes, valeurs et actes différents des nôtres sans jugement et sans haine.


Et vous, Marcela, vous m’avez amenée sur le chemin de l’intolérance. Intolérance de vos idées, de vos propagandes et de vos messages soi-disant révolutionnaires. Sachez néanmoins que je ne condamne pas toutes vos paroles, pour ne pas les avoir toutes entendues. Je ferai état de certaines de vos prises de position dans cette missive.


Ainsi donc vous êtes l’égérie d’un mouvement contre les féministes traditionnelles, et vos arguments sont un œil neuf pour cette société d’arriérées qui cache derrière de faux prétextes une interdiction pure et simple de l’acte sexuel libre.


Le viol est un de ces prétextes. Vous dénoncez ainsi la pénalisation excessive des viols. Cette pratique odieuse que de condamner des innocents serait notamment due à ces sales féministes qui détestent tant les hommes qu’elles les accusent des pires méfaits sans preuve aucune. Car pour vous, la seule preuve avérée d’un viol, ce sont les traces de violence. Traces prouvant que nous avons en face de nous une vraie victime qui s’est débattue (vite, légalisons le GHB !).

 

Et pourtant, nous partons vous et moi du même constat : le viol est une chose grave. Sauf que nous ne traitons pas la gravité d’un problème de la même façon. Votre technique est ma foi forte intéressante sur un plan scientifique. Explication : il y a de plus en plus de plaintes déposées pour viol. Et pour traiter ce lettre ouverte marcelaproblème de société, il est donc nécessaire de le réduire à la source. Selon vous, et c’est là que le chemin emprunté n’est plus le mien, à sa définition. Ainsi donc, les jurisprudences des 20 dernières années ayant donné des définitions à la notion de viol sont des aberrations. Tout est à refaire ! Notamment le viol conjugal, qui n'a pas de sens car après tout, cela concerne deux personnes qui sont unies et donc en phase avec l’idée d’avoir des relations sexuelles. Car pour vous, le couple se définit uniquement par la sexualité. On ne peut donc pas parler de viol conjugal, mais « simplement » de violence. Sauf que devant un tribunal, et vous vous gardez bien de le dire, la peine maximale pour violence conjugale est de six mois de prison, contre 15 ans pour viol…

 

Alors, dans le même sens, si les textes définissaient différemment le viol, le réduisant à un « acte sexuel avec pénétration non désirée, sous la menace d’une arme, avec une défense physique prouvée de la victime présupposée et hors du domaine conjugal ou du couple », effectivement, il y aurait moins de martyres présupposées, et le problème, prenant moins d’ampleur dans les tribunaux et les postes de police, serait en grande partie résolue.

 

J’applaudis un tel raisonnement mathématique, car en plus de titiller mon intolérance, vous me donnez la nausée.

 

Je continue néanmoins l’énoncé de vos arguments. Selon vous, un viol n’est pas si difficile à vivre que ça. Vous prenez d’ailleurs comme exemple vos amies qui s’en sont parfaitement remis, sans se sentir obligée de détruire la vie de ces braves gens qui ont juste voulu leur donner un petit orgasme forcée. Un peu comme un rabatteur de restaurant, en somme. Et je ne résiste pas à l’envie de citer vos paroles pleine de bon sens « il y a des gens qui ont été à Auschwitz qui ont été traumatisé, d’autre non… ». Vraiment, quelle femme d’esprit vous faites ! Nous sommes contents de savoir que vous êtes juriste…

 

Bref, la modernité pour vous c’est l’acceptation du sexe dans notre société puritaine et l’abolition de toutes censures inutiles. Marre de cacher ses fantasmes alors qu’ils devraient au contraire être partagés par tous ! Que c’est vieillot de ne pas afficher des femmes enchainées dans des caves lorsque vous, de toute évidence, vous en êtes tous les dimanches ! C’est effectivement en montrant d’autant plus les pratiques sexuelles des personnes qui nous entourent que nous arriverons à déculpabiliser les femmes d’avoir fait ça sous la contrainte. Car après tout, une femme qui porte plainte est uniquement une femme qui regrette un acte sexuel consenti. Si elle n’a pas pu se défendre, c’est qu’après tout elle le voulait bien. Mais là, soyons clairs,lettre ouverte iacub ce n’est pas de vous, c’est Alain Finkielkraut qui prend la parole et qui est de votre côté. Vous semblez en phase avec lui  lorsqu’il décrit des épouses pouvant dire oui du bout des lèvres et puis, les sentiments n’étant plus là, regretter et porter plainte. Vous consentez par le silence son argumentation selon laquelle si seulement 1% des jugements pour viol se terminent par une condamnation, c’est parce qu’il y a trop de menteuses dans les tribunaux. Vous ne bronchez pas non plus lorsqu’il accuse clairement Nafissatou Diallo de menteuse. Au contraire, effectivement, vous dites que les mensonges passés des victimes présupposées doivent être pris en compte. Et celle des présumés coupable alors ? Rappelons, comme le fait Muriel Salmona, que DSK avait lui-même menti au début de cette affaire en niant le rapport sexuel en premières paroles. Mais bon, l’important pour vous dans un procès est sans doute de prouver que le ou la pleignant(e) est un ou une menteur(euse) pour résoudre l’affaire…

 

Votre théorie est donc que les féministes condamnent l’acte sexuel et non le viol et ainsi envoient des innocents devant les tribunaux et dans les prisons. Que l’on demande à des femmes qui portent plainte comment elles étaient habillées, pourquoi elles ne ses sont pas défendues, qu’on les culpabilise d’avoir bu de l’alcool ou de s’être baladée dans ce quartier, qu’on leur démontre au fur et à mesure de l’interrogatoire qu’elles sont coupables de leur agression ne vous pose aucun souci. Au contraire, vous trouvez ça parfaitement normal puisqu’en face, quelqu’un risque 15 ans de prison. Ce même quelqu’un qu’on ne culpabilise jamais de son acte.

 

Chapeau bas, je rends mon déjeuner. Littéralement. Je regrette seulement que vous ne soyez sous mes vomissures.

 

J’apprécie d’avance le jour où je vous rendrai vos arguments en pleine face. Car lorsque je vous entends, je me dis : « elle l’a bien cherché. Elle doit avoir une envie irrépressible d’une grosse gifle ». Vivement que je nous soulage, toutes les deux…


http://www.franceculture.fr/emission-repliques-la-domination-masculine-2012-04-21#.T5JyBwBJ64h.facebook

Repost 0
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 21:58

Cher monde féminin,


Moi qui aime défendre votre intelligence et votre sagesse, moi qui aime démontrer que votre monde et le monde masculin forme un ensemble cohérent d’êtres humains égaux en droits, en devoirs et en respect, j’avoue parfois que vous ne me rendez pas la tâche facile.

 

Tout commence avec une publicité pour une marque de nourriture pour bébés se disant « du côté des mamans » et occultant totalement l’existence d’un papa dans le paysage infantile : http://www.youtube.com/watch?v=h7RY01o3dTo

Pensez-vous que la dominance matriarcale est tolérable dans un monde où l’on prône l’égalité des genres ?

 

cher monde masculinEt non contente de promouvoir la gynocratie (comme par exemple avec ce tapis de souris à l'illustration sordide : http://rlv.zcache.fr/feministe_drole_tapis_souris-p144982389651938312z8xsj_400.jpg), vous vous jetez parfois dans le gouffre du cliché et ce n’est pas beau à voir…

 

Par exemple, récemment, mon cher et tendre s’étant cassé le pied, il a cherché des conseils médicaux sur Internet pour tomber rapidement sur un article de fond publié par vos soins : « les choses à savoir lorsque l’on doit porter des béquilles ». Et une fois l’article ouvert, le sous-titre est affligeant : « comment rester élégante avec des béquilles : les vêtements à porter, les styles à éviter ».

 

[…]

 

Dites-donc, monde féminin, certes je prône la liberté d’expression mais parfois je me demande si le pire ennemi de la Femme, ce n’est peut-être pas la femme elle-même…

 

Restant à votre disposition et à votre écoute pour toute explication complémentaire ou plate excuse pour ce bâton planté dans les roues de mes convictions.


Je vous prie d'agréer, cher monde féminin, ma plus sincère (et parfois lasse) dévotion,

 

Cordialement,

Repost 0
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 23:13

Cher monde masculin,

Je remarque qu'avec les années, je n'ai plus aucun humour et je vous prie de m'en excuser.


Tout a commencé avec quelques affichages pour une marque de gel douche comme celle-ci : http://www.conseilsmarketing.com/wp-content/uploads/2008/06/95459485.jpg ou celle-là : http://32.img.v4.skyrock.net/324/black-joker2/pics/2188552181_small_1.jpg

 

Et non contentes d'être des objets sexuels, voici la petite blague misogyne (en vidéo je vous prie) découverte ce jour : http://www.dailymotion.com/video/x3hbg_handywife_news


cher-monde-masculin.jpg

Bref, votre humour sexiste ne devrait pas avoir sa place dans la publicité (ni ailleurs), de la même manière que vous ne blaguez pas avec les gens de couleur. Ma différence à moi c'est mon utérus et ce dernier vous demande gentiment du respect et de la dignité...


Je me tiens à votre disposition pour tout complément d'argumentation sur votre inaptitude à respecter la race humaine.


Je vous prie d'agréer, cher monde masculin, ma plus sincère dévotion quant à vous défendre d'ignominie de même sorte, comme ceci, que je trouve tout aussi scandaleux : http://www.youtube.com/watch?v=e_8l5Lu699U&feature=youtu.be&noredirect=1

 

Cordialement,

 

PS : je vous rappelle que je ne me revendique pas l'alliée des Femmes, mais de la race humaine tout entière que vous salissez par vos bêtises...

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Vivi
  • Le blog de Vivi
  • : Dialecticienne de pacotille, féministe de canapé, bavarde qui ferait mieux de plus écrire et de moins l’ouvrir ;)
  • Contact