Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 mai 2014 1 05 /05 /mai /2014 12:57

L'avantage des vacances (en tous les cas des miennes), c'est de pouvoir trouver 24h "culturelles" durant lesquelles je m'imbibe de culture littéraire, cinématographique et télévisuelle.

Une façon délicate de dire « glander » avec un bouquin, un bon film et la TNT.

 

C’est ainsi que je me suis retrouvée l’autre jour devant une rediff’ de la fameuse émission comique « Touche pas à mon poste » où un court zapping télévisuel les a amené à devoir commenter un sujet de l’émission « le Magazine de la santé ». Extrait :

 

Cyril HanounaOn a vu les bijoux du week-end dans le "Magazine de la santé". On se demande à quelle occasion vous pouvez porter ces colliers.

Chroniqueuse : Mesdames, n'ayez plus honte de votre vulve. Ça peut s'arborer. On peut porter une vulve sous forme de collier. Messieurs, si vous avez un cadeau à faire, sait-on jamais...

Michel Cymes : Non. Ce n'est pas possible.

Chroniqueuse : Il y a aussi une petite pochette.

Michel Cymes : On va voir si ça va vous plaire, les pendentifs en testicules.

 

Cyril Hanouna : C'est dégueulasse. On ne veut pas voir.

Enora Malagré : C'est celle de personnes.

Cyril Hanouna : On ne veut même pas en parler.

 

Un pendentif en forme de phallus aurait fait hurler de rire mais là non, on s’échange des moues de dégoût et vite, vite, on passe au sujet suivant.

Le célèbre Michel Cymes semble outré et répond sur la défensive, lui qui est si souvent enclin à l’humour en dessous de la ceinture. A priori, si c’est en dessous de la sienne, c’est plus drôle et moins sordide ou malpropre.

 

Je me suis déjà retrouvée à faire ces rictus de gêne devant des photos ou vidéos où des hommes paradent leurs sexes et où l’on m’a gentiment répondu que je n’avais pas d’humour.

 

Pourquoi l’exhibitionnisme est-il drôle au masculin et abjecte au féminin ?

 

Tout ceci encore une fois est une question de culture commune, de valeurs intégrées dans notre société qui veut que le corps de la femme soit montré uniquement lorsque l’homme le souhaite. Car le corps de la femme, de part l'exitation qu'il peut provoquer, est sale....

 

Une femme qui s’exhibe est une putain, un homme qui s’exhibe est un comique (sauf s’il y a des enfants, là c’est un pervers) et une femme qui s’exhibe pour satisfaire le regard d’hommes en attente est une artiste.

 

Je pourrai remplir des pages mais je m’astreins à une limite. Par contre, aucune concernant les commentaires ;)

 

Je clôture par les liens suivants :

Repost 0
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 08:21
Au détour d'un glandage télé, j'ai été réveillée malgré moi par une publicité sur une préparation pour gâteau d'une marque commençant par la lettre N....
 
Bref, je reviens sur les bancs de ce blog avec une critique en trois points.
 
Mais tout d'abord, la publicité incriminée : http://www.youtube.com/watch?v=dmhGJJzGXOs
 

1- sauf erreur de ma part et avec mes quelques connaissances en pâtisserie... si je dois ajouter le chocolat, le beurre et les œufs... la préparation, c'est de la farine et du sucre mélangé, n'est-ce pas ?

Merci Nestlé que ferait-on sans toi ? 
 
2- sauf erreur de ma part et avec mes quelques connaissances en pâtisserie... "100g de beurre" qui tiennent sur la pointe du couteau... vraiment ?! On rappellera que c'est normalement plus d'un tiers d'une plaque de beurre !
Merci Nestlé de nous pendre pour des quiches et des jambons.... ceci dit, tu cherches juste à nous vendre de la farine et du sucre mélangé (cf. point n°1)
 
3- et en parlant de quiche et de jambon, j'en viens justement au lardon de cette pub. C'est très personnel et avec ma non-expérience de la parentalité : mon mioche qui me fait verser un mélange de sucre et de farine et qui me regarde en me disant "bravo !" sur un ton aussi méprisant, c'est direct dans sa chambre, privé de dessert et torture de nounours à l'épluche légumes en cas de récidive !!!
Merci Nestlé de nous servir du sexisme "so 2014" !!!
 

Anciennement, une pub sexiste c'était maman qui conseillait sa fille chérie en cuisine sur "comment faire plaisir à papa et à grand frère" ?

 

Maintenant, c'est une maman, toujours en cuisine, dirigée d'une main de maître par son petit garçon, avec sa toque de grand chef ! Il s'agirait pas que les mamans soient autonomes à autre chose qu'à étaler du Vicks ou changer les couches du petit garçon qui souille ses draps....
 

Et j'entend déjà les pensées des plus censés d'entre vous...

Oui, je l'avoue, je me lâche sur une pauvre pub de préparation de gâteau tout simplement parce que j’aimerai bien en manger un !!!! Mais je vais faire avec une recette de cuisine et mélanger moi-même mon sucre et ma farine !!!! Et je n'utiliserai même pas du chocolat Nes**é ni ne boirai un Nes*****o ;)
Repost 0
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 23:29

Nous touchons le fond du faitout !


Ce soir a démarré sur notre belle TNT une émission au nom déjà prometteur : « la Belle et ses princes presque charmants ».

 

Le pitch est simple : une belle nana face à 12 prétendants qui n’ont pas les critères physiques de GQ. La belle nana, surprise de voir 12 « moches » pour la séduire, se laisse finalement convaincre par le fait que, pour une fois, elle va être entourée de types « qui ne sont pas des goujats » (dixit une des organisatrices qui tentent de la retenir).

barbie-girl-ugly-world.jpg

 

Plus belle que la demoiselle, l’hypocrisie de cette émission qui nous montre des hommes « beaux à l’intérieur » qui rivalisent de vulgarité face caméra concernant la plastique de notre héroïne (« elle était sex », « elle est bonne », « ça c’est du paquet », « ça c’est un beau spectacle », « la température monte », « la bombe va entrer dans la pièce »…) et qui tentent même de la tripoter avec la bonne excuse de «  je suis un homme quand même » (ben voyons !).

 

Ainsi donc la jeune demoiselle doit trouver une beauté intérieure à des hommes qui ne cherchent pas la sienne. Son caractère n’a aucun intérêt pour eux. Encore un concept pseudo moralisateur qui nous démontre finalement que seul le physique compte. D’autant que les programmes imposés (sans doute par la production) consistent principalement à masser la demoiselle à moitié nue…

 

C'est un peu comme Quasimodo, ce héros malheureux car Esmeralda choisi le beau Phoebus... mais Quasimodo, lui, n'a rien trouvé de mieux que de tomber amoureux de la plus belle fille de tout Paris ! Alors côté morale "la beauté vient de l'intérieur", laissez-moi rire au nez de Cyrano de Bergerac ! (non, je n'épargne personne ce soir...)

 

Je terminerai avec une citation d’un des concurrents : «Ce que je retiens de l’aventure, c’est que ce n’est pas toujours les gentils qui gagnent ».

 

Bah la seule chose qui est sûre, c’est que dans l’histoire, c’est Nicolas de Tavernost le grand gagnant ! 

Repost 0
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 23:09

Pour clôturer mon texte du 19 mars, rapide retour de ma semaine sans fond de teint, ombre à paupières ni mascara…

 

Lundi matin, je regrettais déjà ce pari stupide, aidée par un énorme bouton sur la joue. Et puis… je me suis finalement prêtée au jeu.

Je n’ai jamais entendu autant de fois : « vous avez l’air fatiguée ». Tellement que j’ai fini par répondre : « non, je le suis, j’ai juste oublié de vous le cacher ».

 

aime-toi-suite.jpgMercredi dernier, en ouvrant le dernier numéro de Causette, j’ai ri de voir que l’édito traitait justement de ce problème d’apparence et dénonçait la statistique suivante : « 70% des femmes perdraient confiance en elles si elles allaient travailler sans être maquillées ».

 

Le monde va mal. Vraiment mal.

 

Samedi dernier, entre 20h et 21h, nous avons été invités à éteindre toutes nos lumières pour faire un geste pour la planète. Ne pourrait-on pas imaginer une journée sans artifices ? Un geste pour l’humanité qui cherche à s’aimer comme elle est ?...

 

Les québéquois l’ont déjà fait, et leur journée est le 8 juin. Je salue ce symbole et serai au rendez-vous depuis ma France de complexé(e)s 

 

D’ici là, passez-moi ma gaine et mon blush, je vous prie :o)

Repost 0
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 01:50

Encore une fois, je me suis laissée happée par l’émission « Belle toute nue »… Honte sur moi, vite, du Dacryosérum ! ^^

 

Plus sérieusement, je suis partagée sur le concept et les messages véhiculés par ce « coach-show ».

Si le message de fond et de s’aimer comme nous sommes, alors pourquoi tant de temps à nous expliquer comment cacher nos rondeurs et à maquiller nos rides ? N’est-ce point contradictoire de nous dire « aimez-vous comme vous êtes… sous un déguisement » ?!

Chassons les régimes et place aux trompes l’œil ! J’avoue ne pas comprendre… devons-nous reconnaître que notre jugement sur notre physique est biaisé et que nous sommes beaux/belles ? Ou devons-nous à l’inverse mieux nous cacher ?

 

J’accuse, pour en être victime, ce narcissisme chronique et malsain qui consiste à se planter devant un miroir pour mieux se flageller, se rappeler que nous ne sommes pas celui ou celle que nous voudrions. Pourquoi cette torture incessante ? Est-ce vraiment la société qui nous l’inflige ?

 

Cette semaine, j’ai décidé de tester cette société et moi-même au travers d’une expérience toute simple : je ne vais pas me maquiller de la semaine. J’ai 5 jours de déplacement en clientèle et je verrai bien les réactions des personnes.

En ce premier jour, une certitude s’installe, le problème vient avant tout de mon propre jugement. Je crains malgré moi l’expérience et j’ai glissé fond de teint, ombre à paupière et mascara dans ma valise… juste « au cas où »…

 

aime-toi.gifEt lorsque je me vois si démunie sans eye-liner, il me semble nécessaire de sortir les générations futures de cette folie de perfection corporelle. Rappeler aux enfants que les critères de beauté appartiennent à chacun et que le physique idéal est celui qui nous permet de rester en vie, tout simplement. Et entre autres, qu’une personne sans maquillage n’est pas une personne négligée.

 

En écho à ceux m’ayant parlé récemment des concours de mini miss ou autre sexualisation des enfants, il est vrai que ce que j’abhorre particulièrement dans l’utilisation d’apparats et de maquillage dès le plus jeune âge, c’est d’habituer les enfants à ne pas s’aimer tels qu’ils sont.  Les concours de mini miss donnent le prix de la plus jolie petite fille et non pas celui du plus incroyable déguisement…et c’est sans doute là que se situe la malsaine différence.

 

Si Simone de Beauvoir écrivait : « on ne nait pas femme, on le devient », la société de consommation nous hurle : « vous ne naissez pas beau, mais on vous aidera à le devenir ».

Repost 0
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 23:21

« Oh non il ne va pas faire ça ! Oh mon dieu il va l’assommer avec une chaise ! »

Et hop, petite vue sur le public…

Cette scène vous rappelle quelque chose ? C’est que vous avez regardé un match de catch sur une télévision française et que vous avez goûté au doux supplice de la censure.

 

Et bien j’ouvre le débat : pourquoi censurer un show dont on sait la mise en scène plus étudiée encore qu’un film et surtout dont on connaît également les trucages ?

 

Mais peut-être ne connaissez-vous pas le catch ?...

Oh là ! Alors j’en profite pour délocaliser mon débat sur la censure (voir peut-être un prochain article) et réaliser un léger aparté sur ce rendez-vous hebdomadaire qui me permet de clôturer ma semaine de travail.

 

J’avoue donc être devenue une adepte de ces combats opposants des mastodontes dans des prises et chorégraphies parfois proches d’un gala de petits rats de l’opéra. L’entrainement de ces colosses est sans nul doute éprouvant et irréprochable. Car oui il faut le rappeler, tout ceci n’est que du cinéma. Les combats sont planifiés, écrits, étudiés dans le but d’offrir une exhibition amusante, voire parfois désopilante. Cette pièce de théâtre permet, au travers de sa barbarie et de sa bestialité, d’extraire de nos propres corps un stress accumulé. Une étude sur ce sujet explique qu’un manque d’excitation lors d’un match de quelque sport que ce soit provoque irrémédiablement des brutalités dans le stade à la fin du jeu. La frustration est telle que les personnes, sujettes à leur propre stress, n’ont pu s’alléger de leurs angoisses (par procuration s’entend)… et cette effervescence négative groupée crée alors des émeutes.

Donc je le demande : à quand le football où tous les coups sont permis ou encore sans ces italiens comédiens qui nous coupent les Danger_Pillow_Fight.gifmoments de lutte acharnée, ces instants permettant de vivre pleinement le sport et d’éviter ainsi de taper sur le supporter d’en face ? Il suffit de comparer les sorties de stade d’un match de football et d’un match de rugby pour se dire que cette théorie vaut la peine d’être étudiée, non ?

 

Mais outre cette libération d’anxiété, la réelle puissance du catch vient, à mon sens, de sa qualité à rassembler les femmes autant que les hommes. En effet, ce sport (ou devrai-je dire ce spectacle) détient la particularité de regrouper les caractéristiques primaires préjugées des hommes et des femmes : la baston et les potins !

Vous remarquerez que durant 1h30 se jouent adroitement un match entre la violence sur le ring et les histoires personnelles dans les coulisses… car oui, tous les combats (ou presque) ont une histoire dédiée, un scénario aussi recherché et bien interprété qu’un « Feux de l’Amour » ou qu’un film érotique… bref tout ce qu’il faut pour plonger les hommes comme les femmes, parfois bavant, parfois braillant, devant ce programme hautement jubilatoire.

Les femmes gagnent en testostérone et beuglent devant les combats (à moins qu’elles ne retrouvent naturellement leur hystérie), les hommes encaissent un peu d’œstrogène et sollicitent le silence lors des intervalles commérages…

 

Enfin, dernier attrait : des commentateurs déjantés aux calembours et réflexions plus fins que ce qui bouge sur l’écran… La boucle est bouclée !

 

Je n’aurai qu’une dernière chose à dire : scandez avec moi le générique de Raw et rendez-vous vendredi soir ! ^^

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Vivi
  • Le blog de Vivi
  • : Dialecticienne de pacotille, féministe de canapé, bavarde qui ferait mieux de plus écrire et de moins l’ouvrir ;)
  • Contact