Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2011 5 08 /07 /juillet /2011 09:11

« Voici les 40 procédures et modes opératoires que j’ai rédigés ces 6 derniers mois »

- Formidable ! Quel travail ! Mais dites-moi… quelle est la valeur ajoutée de ces documents ?

- …………..

- Dans quel but les avez-vous écrits ?

- Ben, parce qu’on me l’a demandé…

- Et quel était l’objectif visé par vos supérieurs ?

- Réussir cet audit !

- Ah, je comprends… pas de chance…. c’est raté… »

 

Cruelle ? Moi ? Non… auditrice !

Et ce métier m’installe trop souvent devant des personnes prêtes à oublier leur bon sens pour vouloir être conforme à ce que j’attends d’elles. Mais si elles savaient que ce que je souhaite…. c’est du bon sens justement !!!

 

Depuis 3 ans que j’exerce cette douce mission de consultante, je croise de plus en plus d’individus qui font les choses sans savoir pourquoi…

Comment peut-on parler aujourd’hui d’innovation alors que la réflexion et l’initiative sont étouffées dans un œuf appelé « ordre venu d’en haut » ? Comment choisir les bonnes chaussures si je ne sais pas à quoi elles vont me servir ?

C’est exactement le prototype d’organisations auxquelles je me heurte : des coureurs de fond chaussés d’escarpins, des architectes hautement outillés mais qui ne savent pas dessiner, voire parfois des pompiers prêts à éteindre le feu avec de l’essence dans leurs lances…

 

Les démarches et projets d’amélioration que je rencontre sont bien souvent basés sur… rien ! Et tel un saumon, je remonte la piste jusqu’à l’origine du projet pour me retrouver face à des cahiers des charges sans âme, sans objectif à atteindre, sans but : une liste de courses à faire sans recette associée, un panel d’arcs et de flèches à déployer sans cible à toucher ou ambitionner. Mais comment arrive-t-on encore à motiver les Hommes ?

 

Je comprends bien cette propension que nous avons en tant qu’être humain à vouloir passer rapidement à l’action mais… faire les choses sans autre attrait que celui d'avoir fait… n’est-ce point signe d’une déchéance de notre intelligence ?reflaction

 

Et si cette mauvaise habitude de ne pas aimer son travail viendrait de l’incapacité de donner du sens à nos activités ? Ne sait-on pas mieux comment réaliser les choses lorsque l’on sait pourquoi on les accomplit ?

 

Alors à ceux qui ne comprennent pas toujours le boulot que je fais, voici un premier résumé : enseigner l’art de réfléchir avant d’agir et surtout, enseigner l’art de réfléchir ensemble au « pourquoi faire ? » avant de décider ensemble le « comment faire ? ».

 

Du bon sens ?... je ne vous le fais pas dire ^^

 

Dédiée à Nelly qui aime à dire que mon boulot consiste à essayer de sauver le monde ^^

« Oui Nelly, j’espère un jour secourir le tendre pays de l’Education Nationale… »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Barney Stinson 21/07/2012 19:25

J'ai la solution : LE GBS ! Le Gros Bon Sens ...

Vivi 25/07/2012 10:06



(Rires) Barney, enlève ton masque, on sait que tu es Drazic en dessous ^^


Et au passage, j'ai tenté de refaire la métaphore du verre et de la vision Lean en soirée bière hier soir... j'ai fait un bide :o/


Vivement lundi soir que je puisse reparler boulot avec toi (oh la névrosée !)


Bises,



Manon 29/07/2011 12:28


Tout à fait d'accord avec vous deux (Sylvie et Matthieu) ! Et voilà j'ai posté un commentaire....


Vivi 09/09/2011 10:52



Merci Manon, sans toi le débat n'avance pas (rires)


C'est cruel pour les gens qui lisent les commentaires de ce blog et qui ne passent pas de soirées en ta compagnie... Ils passent à côté de ton art de présenter les choses, de ton écoute et de ta
patience, notamment face aux passionées (pour ne pas dire hystériques) comme moi... :o)



mathieu 27/07/2011 20:26


Sylvie à écrit :
"enseigner l’art de réfléchir avant d’agir et surtout, enseigner l’art de réfléchir ensemble au « pourquoi faire ? » avant de décider ensemble le « comment faire ? »."

Et si aujourd'hui les gens se disaient :
"réfléchir ensemble? mais pourquoi faire?"
"décider ensemble? mais comment faire?"

Trop occupés à se juger, nous avons vite fait de considérer l'avis de l'autre comme défaillant, sans intérêt. De toute façon, il ne sait pas de quoi il parle...
Aussi pourquoi réfléchir ensemble?

Accrochés à nos prérogatives, nous nous contentons vite de ce que nous sommes et de ce que nous faisons. Il est aisé de ne pas se joindre au processus de décision. Car après tout, si je n'ai pas à
décider, je peux critiquer.
Critiquer une décision que l'on a prise ou à laquelle nous avons participé, voilà chose ardue...

Avez-vous déjà vu un décisionnaire dire (de son propre chef) qu'il s'était trompé?

Cette attitude est bien difficile à combattre.

En percevant l'individu dans son intégralité, il est difficile de dissocier l'homme de ce qu'il dit ou de ce qu'il fait.
Comment apporter du crédit aux critiques de Céline sur le militarisme, le colonialisme et le capitalisme étant donné l'homme qu'il était?
Et pourtant...

Si tu parviens à nous faire réfléchir ensemble au "pourquoi faire?" avant de décider ensemble le "comment faire" alors tu es bien partie pour sauver le monde ;)


Vivi 09/09/2011 10:47



Ca c'est du commentaire !


J'attrape une bouteille d'hydromel et on en rediscute quand tu veux ! ^^


Mieux, nous devrions choisir un sujet sur lequel notre désaccord pourrait nous permettre (soyons fous !) de faire évoluer nos pensées en ECOUTANT l'autre et peut-être s'accorder sur une solution
"entre deux" ou rester sur nos positions mais respecter celles de l'autre !


Enfin, et je te rejoins, il est temps de reconnaître ses erreurs. La mienne est de porter trop d'attention aux gens qui n'en veulent pas, au risque de délaisser ceux qui m'apprécient vraiment
pour ce que je suis :o)


Merci en tout cas d'être venue me rendre visite sur ce blog, j'espère que tu y reviendras ! ^^



Présentation

  • : Le blog de Vivi
  • Le blog de Vivi
  • : Dialecticienne de pacotille, féministe de canapé, bavarde qui ferait mieux de plus écrire et de moins l’ouvrir ;)
  • Contact