Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 21:51

Pas besoin de revenir sur l’histoire du célèbre enfant terrible Peter Pan.

Par contre, force est de constater que la version Disney est d’un sexisme à ne plus savoir qu’écrire !!! Avez-vous vu les mêmes choses, ou suis-je folle ?

 

Tout d’abord, la jeune Wendy qui passe du stade « enfant » à « maman ». Car de toute évidence, nous n’avons pas d’autres rôles à tenir en tant que jeunes femmes bien élevées !

 

Ensuite, point commun avec d’autres Disney, le charme des dames ne passe que par la nécessité d’être sans arrêt secouru. Quelle autre héroïne se bouge le c** à part la Petite Sirène (1989) et Mulan (1998), je vous le demande ?! peter pan

 

Etonnement suivant, alors que nous sommes dans le pays imaginaire où nous restons pour toujours des enfants, pourquoi un tel sex-appeal autour de Peter Pan ? Clochette, Wendy, les sirènes et même Lili la Tigresse la jeune indienne… l’attirance, les danses nuptiales et la jalousie féminine pourtant caractéristiques du monde adulte sont omniprésentes. Sans vouloir jouer les vieilles rombières, à part faire de l’œil aux hommes, être jalouses et chanter des chansons aux enfants… les filles n’ont aucun autre rôle à jouer dans ce (trop) long métrage !

 

Et même chez les Indiens on est misogynes : « Squaw pas danser, squaw chercher du bois ! ». Et allez donc !!!!

 

Et puis, le credo sur les mamans : « Une véritable maman c’est la personne la plus merveilleuse au monde. C’est d’abord une voix qui vous dit bonsoir en vous embrassant. C’est elle qui vous apprend le besoin d’aimer. Une maman d’amour, c’est une voix qui chante dans ton cœur quand tu es seul, quand tu as peur. Le besoin d’aimer. Le besoin d’aimer. C’est un sourire comme un soleil, qui se penche sur ton sommeil. Un visage empreint de douceur, les premiers pas vers le bonheur. Une maman donne à jamais le besoin d’aimer. »

 

Mais put*** où sont donc passés tous les pères !? Et pourquoi a-t-on besoin d’aimer un enfant pour exister ?! Parce que nous ne sommes plus que des mères ? Nous cessons d’être des femmes avec d’autres passions ?! (sentez-vous ma colère entre les lignes ?...)

 

Bref, si le Capitaine Crochet a peur du Tic Tac du réveil dans l’estomac du crocodile (crainte du temps qui passe, de l’horloge biologique qui tourne…), personnellement, je suis heureuse que le temps soit passé depuis 1953 et cette époque de midinettes inutiles, bonnes à cuisiner, à trop parler, à bouder, à se crêper le chignon, à raconter des histoires et chanter pour les mioches.

 

Sur ce, je m’en vais voir ma vie en couleur, parait que c’est le secret du bonheur ^^ (comprenez que pour obéir à Walt Disney, je vais boire un hydromel… pour oublier !)

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Caroline 24/11/2011 09:07

Et bien, si j'avais été aussi cultivée sur ces chapitres, j'aurais sensiblement écrit le même avis. Donc oui, je vote pour que ce commentaire reste ad vitam eternam...
Garde ton esprit ouvert, c'est aussi cela qui rend tes écrits pertinents.
Pour aller dans ton sens par contre, je te soutiens quand ta colère gronde face à une pression sur l'horloge biologique ou sur le fait qu'il n'est pas encore intégré dans notre société, le fait
qu'une femme ne puisse être heureuse sans enfant. (ceci dit, les hommes ont pas mal la pression aussi, s'ils ne trouvent pas génitrice avant 45 ans !!). Le résultat est consternant. Avec une
génération d'enfants roi, élevés, non pas à grand coup de Disney, mais de Manga, d'émissions de téléréalité (jette un coup d'oeil quand même, tu verras, ça fait vraiment super peur !)et d'images
porno sur internet, et bien je te jure qu'avant d'être parents, il faut vraiment être sûr de son coup !!! Pour que les miens gardent à peu près le cap, c'est une surveillance de tous les instants,
et quand je vois la majorité des enfants qui les entourent, je te jure que je flippe vraiment.
Etre mère ou père, c'est un véritable sacerdoce. Inutile se lancer dans l'aventure sans vocation réelle, mais juste pour faire "comme tout le monde" ou parce qu'on nous rabache à longueur de temps
que c'est trop génial les enfants ! (pose la question à une mère qui voit son couple partir en sucette après la naissance du deuxième, qui rentre du boulot sur les rotules pour regagner une maison
jonchée de jouets(qu'elle a payé un bras),où ca braille, s'entretue à coup de manette Wii... Pas sûr qu'elle te dise que ce soit si génial que ça en fait...) Mais bon, si on nous dit que c'est
super... Faut rentrer dans le moule et continuer la bataille pour gagner la place du 8 milliardième terrien !

Vivi 30/11/2011 12:28



Réponse dans mon prochaine article (en cours de rédaction) sur le profil type des parents au sein de la publicité ^^


Enormes Bisous à la maman la plus courageuse de la Terre (après la mienne bien entendu)



Gü l'Homme 09/11/2011 10:41


Bon il faut quelqu'un pour partir au charbon, donc le sacrifier ce sera moi....
Tu peux avec ton œil d'adulte critiqué ses comptes pour enfants, mais laisse moi te rappeler deux trois choses pour les défendre.
Premièrement les dessins animés dit « classique » de Disney ne sont, peu ou pas des œuvres originales, tous sont tiré de contes bien plus anciens (les frères Grimm (1786-1859), Lewis Carroll
(1832-1898), J.M. Barrie (1860-1937), etc….) ou la place de la femme n’était pas la même, et c’est un fait non modifiable.
Le fait que Disney ai développé la plupart de ses productions autour de contes populaires d’un autre temps, tient plus du profit, que du besoin d’asservir la gente féminine. De plus même si le
développement des personnages féminin devait être lié aux mœurs de l’époque (1937 pour blanche neige, 1950 pour cendrillon, 1959 pour la belle au bois dormant… bon pas d’excuse pour la belle et la
bête 1991), il est énormément adoucit par rapport aux contes originaux.
Quand tu parles des productions Disney, tu oublies de préciser que la plupart ne concerne pas plus les filles que les garçons, Bambi, Dumbo, Fantasia, les Aristochats, les 101 dalmatiens. Après il
y a d’autre exemple de femme forte et importante chez Disney, Alice pour commencer, Pocahontas (c’est elle qui sauve john smith), Esmeralda (la femme libre et indépendante d’un coté et un sadique,
un blaireau et un handicapé de l’autre bravo la représentation de l’homme), Cruella Denfer et madame Mim dans merlin (le fait quelles soient méchantes ne les rends pas moins active) et je suis sur
qu’il y a d’autre exemple, mais mes connaissances s’arrête là.
Apres il y a le faux bon exemple… Mulan s’habille en homme pour agir, cela sous entendrait-il qu’il faut ressembler à quelque chose de masculin pour agir ?
L’interprétation est liée quoi qu’il arrive à la personne. Les personnages des vieux Disney associent souvent la femme à la douceur et la candeur, le fait quelle ne soient pas débrouillarde ne veut
pas dire qu’elle ne symbolise pas quelque chose de fort. Quand tu parles de Peter Pan, le sujet c’est les mamans…bon…et bien c’est la représentation de la maman que tout le monde voudrait avoir (il
ne faut pas oublier que Peter Pan et ses potes sont orphelins), plus que le « comment faire pour que vos filles deviennent de bonnes squaws et de bonne mère » quand tu as 8 ans tu ne penses qu’à la
maman que tu as ou celle que tu aurais aimé avoir.
Mais je suis sur qu’il y a une étude sociologique à faire sur les Disney et la femme de plus de 25 ans à notre époque.
Voilà…ce message ne restera peut être pas très longtemps dans tes commentaires, c’est pour ça que j’en ferai un printscreen…Ha Ha
Et désolé pour les fautes.


Vivi 24/11/2011 00:38



Enfin je prends le temps de te répondre !


Tout d'abord, merci pour ton "sacrifice", ça me touche que tu prennes le temps de commenter mes délires. ^^


Et, ça va peut-être te surprendre mais... je suis entièrement d'accord avec toi ! Ces longs métrages sont non seulement le reflet d'une époque -celle où le conte a été écrit- mais aussi celui
d'une société -celle qui a adaptée le conte en film.


C'est d'ailleurs ce que je souligne dans mon article sur Dumbo. N'oublions pas que nous avons le droit de vote depuis 1945 seulement, le droit de travailler sans l'autorisation de notre mari
depuis 1965 ou encore le choix du domicile conjugal et la suppression de la possibilité laissée au mari de contrôler les correspondances de son épouse depuis 1975 ! Bref...


S'il est vrai que les méchantes ont un rôle plus actif, elles n'en restent pas moins des vénales superficielles et des perdantes à la fin... mais c'est mieux que rien dirons-nous (raclement de
gorge).


Pour les héroïnes que tu cites en exemple, je m'en vais récupérer les films pour voir par moi-même (j'aime d'ailleurs beaucoup ta vision du Bossu de Notre Dame). J'ai déjà revu Alice aux pays des
merveilles... mouais, pas très convaincue mais au moins elle reste dans son rôle d'enfant et c'est sans doute un Disney "équilibré" même si Lewis Caroll a de toute évidence écrit son roman sous
acide, champignons et autres substances cumulées...


J'ai par ailleurs revu Fantasia et les Aristochats et n'ai publié aucun article sur eux même si je pouvais trouver quelques clins d'oeil sans grande importance... pas la peine d'écrire pour
écrire quand il n'y a rien de fun à dire ! ;)


Comme tu le sais, je tente malgré tout de rester modérée dans mes écrits et compte sur toi pour me rappeler à l'ordre si je dérive du chemin de la bonne foi.


Bises et merci encore pour ce long commentaire qui restera tant que ce blog survivra ^^



Présentation

  • : Le blog de Vivi
  • Le blog de Vivi
  • : Dialecticienne de pacotille, féministe de canapé, bavarde qui ferait mieux de plus écrire et de moins l’ouvrir ;)
  • Contact