Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 23:59

Alors qu’Arte nous proposait l’autre soir l’excellent « Jesus Camp », documentaire sur l’endoctrinement des jeunes enfants dans le monde du catholicisme fondamentaliste, je me pose la question de la propagande dont nous avons été victime étant petits et dont nos enfants sont aujourd’hui les cibles : les longs métrages Walt Disney.

 

Ces comédies musicales enregistrent leurs discours dans des chansons, histoire que les enfants fredonnent encore et encore les valeurs que l’on souhaite leur inculquer (histoire que ça rentre). 

 

J’aurais aimé traiter tous ces films dans l’ordre, du plus ancien pour revenir à notre époque, mais pour des raisons de praticité et de temps d’obtention desdits longs métrages, c’est finalement dans le désordre que je vais étudier si tous ces dessins animés sont bien le « reflet d’une génération ».

 

Comme il y en a plusieurs et que je ne l’ai pas tous vu récemment, je vais pousser l’investigation dans plusieurs articles (et paf ! une catégorie d’articles en plus).

 

Film du jour donc que je viens de revoir (c’était un de mes films préférés étant plus jeune) : « Bedknobs and Broomsticks » traduit en français par « L’apprentie sorcière », ou comment construire une famille en 1h30 avec une célibataire endurcie, sorcière douée de son état, un magicien raté rêvant de gloire et 3 orphelins.

  

apprentie-sorciere-71-02-gL’histoire se passe dans la belle Angleterre durant la Seconde Guerre Mon diale. Eglantine Price se retrouve obligée de recueillir 3 orphelins de guerre chez elle, le temps de leur trouver un nouveau foyer. Elle n’apprécie pas vraiment cette intrusion dans sa vie tranquille de sorcière. Effectivement, elle reçoit chaque semaine des formules de l’Ecole de Magie du Professeur Brown. Après avoir été découverte par les 3 gamins en train de voler sur son balai en pleine nuit (elle testait une nouvelle formule), elle a la déception de recevoir une lettre précisant la fermeture de l’Ecole et avec elle, la non remise de la dernière formule magique à laquelle elle tenait tant : celle permettant de donner vie aux objets.

 

Grâce à un lit magique (formule de voyage), elle se rend à Londres avec les 3 enfants pour retrouver le Professeur Brown qui n’est rien d’autre qu’un prestidigitateur de rue sans talent qui vit dans une maison désertée par ces habitants à cause de la guerre. Bien entendu il n’a pas la formule, son Ecole étant basée sur un vieux bouquin déchiré trouver dans un marché.

Après moult péripéties, ils dégottent enfin la formule. Et là, retournement de situation, on vient récupérer les 3 orphelins. Mais les choses ont changées et tous sont désormais comme une famille. Mais soumis à cette pression, le professeur Brown repart précipitamment pour Londres. Alors qu’il dort sur le quai de la gare en attendant son train du lendemain, les allemands choisissent cette nuit là pour réquisitionner la maison d’Eglantine et l’enferme avec les enfants dans un vieux musée. M. Brown va les secourir et grâce à la formule d’animation des objets, ils repoussent l’envahisseur à coups d’armures de chevaliers fantômes.

Avant de prendre la fuite, les allemands font exploser la maison d’Eglantine et avec, tout son atelier de magie. Mais elle ne regrette rien car elle a trouvé sa vraie vocation dans la famille (que c’est beau). Et le professeur Brown s’engage quant à lui dans l’armée. Image de fin, le bisou sur le perron et le signe d’adieu à Eglantine et aux 3 enfants. Que c’est beau de voir une femme ambitieuse trouver son vrai chemin dans l’éducation de 3 enfants sans mari…

 

 

Bref, après ce long résumé, ciblons les messages subliminaux de ce film : c’est assez simple car peu importe les situations, les valeurs principales sont l’art de rêver, de prendre le temps de vivre, de croire en soi et en ses talents, tout en respectant les bonnes manières (oui nous sommes en Angleterre tout de même). Ma foi un beau message.

 

Hors chansons, les représentations sont superbes de clichés.  Les dames sont toutes en jupes et robes et les hommes en pull col V sur chemise, sans parler du superbe bermuda du jeune Paul (le cadet des orphelins). Lorsque les enfants se retrouvent

webBedknobsAndBroomsticksF

dans une salle de jeux, le plus petit fonce sur le cheval à bascule, la jeune demoiselle berce les poupons et le grand gaillard joue avec le train électrique. Point à souligner, notre héroïne Eglantine a la tête sur les épaules, une ambition et une volonté digne de suffragettes. Une femme forte qui tient tête aux hommes, dont un général allemand armé je vous prie. Hors chanson, la valeur du courage est par ailleurs assez présente.

 

Donc si on se résume : la génération de l’année 1971 prône les valeurs de la famille et du courage, notamment pour la défense de son pays. Une année encore standardisée au niveau de la place de chaque sexe et des codes vestimentaires mais où l’on voit poindre une certaine évolution. La valeur du lâcher prise étant chère à mes yeux, tant que n’arrive pas à l’appliquer, j’avoue applaudir une bonne partie du film.

Néanmoins, la fin m’attriste un peu car cette brave Eglantine se retrouve obligée de choisir entre vie de sorcière et vie de famille. Je ne critique en rien le choix fait par l’histoire mais plutôt le fait qu’elle ne puisse être que l’une ou l’autre.

 

Pour les curieux qui voudraient voir ce film, je peux le faire passer :o)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Malvina 05/11/2011 20:15


j'ai trouvé un debut de réponse avec un article qui traite de ce sujet et de ces deux series :
http://www.newyorker.com/arts/critics/television/2011/10/03/111003crte_television_franklin?currentPage=all


Vivi 08/11/2011 21:46



J'améliore mon anglais et on en reparle (shame on me...)



Malvina 05/11/2011 20:06


Ton article m'y a fait penser. Donc voilà ma petite reflexion :
Il y a deux series qui viennent de commencer en septembre sur un sujet tres proche. Ces deux series se passent dans les années 60 et les deux parles entre autres de la position de la femme dans ces
années là, entre des nouvelles posibilités qui s'offrent a elles.
Ma question pourquoi ce sujet est-il venu en meme temps et pourquoi maintenant ??


Vivi 08/11/2011 21:45



Les grands esprits se rencontrent.... ^^



Présentation

  • : Le blog de Vivi
  • Le blog de Vivi
  • : Dialecticienne de pacotille, féministe de canapé, bavarde qui ferait mieux de plus écrire et de moins l’ouvrir ;)
  • Contact