Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 11:04

Madame,


Ma mère m’a enseigné la tolérance. Cette capacité à comprendre les principes, valeurs et actes différents des nôtres sans jugement et sans haine.


Et vous, Marcela, vous m’avez amenée sur le chemin de l’intolérance. Intolérance de vos idées, de vos propagandes et de vos messages soi-disant révolutionnaires. Sachez néanmoins que je ne condamne pas toutes vos paroles, pour ne pas les avoir toutes entendues. Je ferai état de certaines de vos prises de position dans cette missive.


Ainsi donc vous êtes l’égérie d’un mouvement contre les féministes traditionnelles, et vos arguments sont un œil neuf pour cette société d’arriérées qui cache derrière de faux prétextes une interdiction pure et simple de l’acte sexuel libre.


Le viol est un de ces prétextes. Vous dénoncez ainsi la pénalisation excessive des viols. Cette pratique odieuse que de condamner des innocents serait notamment due à ces sales féministes qui détestent tant les hommes qu’elles les accusent des pires méfaits sans preuve aucune. Car pour vous, la seule preuve avérée d’un viol, ce sont les traces de violence. Traces prouvant que nous avons en face de nous une vraie victime qui s’est débattue (vite, légalisons le GHB !).

 

Et pourtant, nous partons vous et moi du même constat : le viol est une chose grave. Sauf que nous ne traitons pas la gravité d’un problème de la même façon. Votre technique est ma foi forte intéressante sur un plan scientifique. Explication : il y a de plus en plus de plaintes déposées pour viol. Et pour traiter ce lettre ouverte marcelaproblème de société, il est donc nécessaire de le réduire à la source. Selon vous, et c’est là que le chemin emprunté n’est plus le mien, à sa définition. Ainsi donc, les jurisprudences des 20 dernières années ayant donné des définitions à la notion de viol sont des aberrations. Tout est à refaire ! Notamment le viol conjugal, qui n'a pas de sens car après tout, cela concerne deux personnes qui sont unies et donc en phase avec l’idée d’avoir des relations sexuelles. Car pour vous, le couple se définit uniquement par la sexualité. On ne peut donc pas parler de viol conjugal, mais « simplement » de violence. Sauf que devant un tribunal, et vous vous gardez bien de le dire, la peine maximale pour violence conjugale est de six mois de prison, contre 15 ans pour viol…

 

Alors, dans le même sens, si les textes définissaient différemment le viol, le réduisant à un « acte sexuel avec pénétration non désirée, sous la menace d’une arme, avec une défense physique prouvée de la victime présupposée et hors du domaine conjugal ou du couple », effectivement, il y aurait moins de martyres présupposées, et le problème, prenant moins d’ampleur dans les tribunaux et les postes de police, serait en grande partie résolue.

 

J’applaudis un tel raisonnement mathématique, car en plus de titiller mon intolérance, vous me donnez la nausée.

 

Je continue néanmoins l’énoncé de vos arguments. Selon vous, un viol n’est pas si difficile à vivre que ça. Vous prenez d’ailleurs comme exemple vos amies qui s’en sont parfaitement remis, sans se sentir obligée de détruire la vie de ces braves gens qui ont juste voulu leur donner un petit orgasme forcée. Un peu comme un rabatteur de restaurant, en somme. Et je ne résiste pas à l’envie de citer vos paroles pleine de bon sens « il y a des gens qui ont été à Auschwitz qui ont été traumatisé, d’autre non… ». Vraiment, quelle femme d’esprit vous faites ! Nous sommes contents de savoir que vous êtes juriste…

 

Bref, la modernité pour vous c’est l’acceptation du sexe dans notre société puritaine et l’abolition de toutes censures inutiles. Marre de cacher ses fantasmes alors qu’ils devraient au contraire être partagés par tous ! Que c’est vieillot de ne pas afficher des femmes enchainées dans des caves lorsque vous, de toute évidence, vous en êtes tous les dimanches ! C’est effectivement en montrant d’autant plus les pratiques sexuelles des personnes qui nous entourent que nous arriverons à déculpabiliser les femmes d’avoir fait ça sous la contrainte. Car après tout, une femme qui porte plainte est uniquement une femme qui regrette un acte sexuel consenti. Si elle n’a pas pu se défendre, c’est qu’après tout elle le voulait bien. Mais là, soyons clairs,lettre ouverte iacub ce n’est pas de vous, c’est Alain Finkielkraut qui prend la parole et qui est de votre côté. Vous semblez en phase avec lui  lorsqu’il décrit des épouses pouvant dire oui du bout des lèvres et puis, les sentiments n’étant plus là, regretter et porter plainte. Vous consentez par le silence son argumentation selon laquelle si seulement 1% des jugements pour viol se terminent par une condamnation, c’est parce qu’il y a trop de menteuses dans les tribunaux. Vous ne bronchez pas non plus lorsqu’il accuse clairement Nafissatou Diallo de menteuse. Au contraire, effectivement, vous dites que les mensonges passés des victimes présupposées doivent être pris en compte. Et celle des présumés coupable alors ? Rappelons, comme le fait Muriel Salmona, que DSK avait lui-même menti au début de cette affaire en niant le rapport sexuel en premières paroles. Mais bon, l’important pour vous dans un procès est sans doute de prouver que le ou la pleignant(e) est un ou une menteur(euse) pour résoudre l’affaire…

 

Votre théorie est donc que les féministes condamnent l’acte sexuel et non le viol et ainsi envoient des innocents devant les tribunaux et dans les prisons. Que l’on demande à des femmes qui portent plainte comment elles étaient habillées, pourquoi elles ne ses sont pas défendues, qu’on les culpabilise d’avoir bu de l’alcool ou de s’être baladée dans ce quartier, qu’on leur démontre au fur et à mesure de l’interrogatoire qu’elles sont coupables de leur agression ne vous pose aucun souci. Au contraire, vous trouvez ça parfaitement normal puisqu’en face, quelqu’un risque 15 ans de prison. Ce même quelqu’un qu’on ne culpabilise jamais de son acte.

 

Chapeau bas, je rends mon déjeuner. Littéralement. Je regrette seulement que vous ne soyez sous mes vomissures.

 

J’apprécie d’avance le jour où je vous rendrai vos arguments en pleine face. Car lorsque je vous entends, je me dis : « elle l’a bien cherché. Elle doit avoir une envie irrépressible d’une grosse gifle ». Vivement que je nous soulage, toutes les deux…


http://www.franceculture.fr/emission-repliques-la-domination-masculine-2012-04-21#.T5JyBwBJ64h.facebook

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Frédérique 27/02/2013 06:36

La petite Marcela a été adoubée par Finkielkraut - qui se veut être le seul à décider de qui est une vreaie victime et de qui est une fausse. Le seul autorisé à faire le tri.
Le boulot qu'il s'était attribué .. pour l'éternité.

Ces gens sont ridicules - ils pensent comprendre le monde, mais ne pigent rien de rien à celui auquel ils appartiennent : celui des médias

MI, star de l'antiféminisme trash va comprendre ce qu'est un effet boomerang.

Little Illy 11/06/2012 10:32

Merci :)
Chouchen samedi 23 :)

Little Ily 10/06/2012 15:48

Personne que tu ne connaisses je te rassure. Le reste d'une journée bien glaciale effectivement. Même pas envie de rétorquer à ce genre de réponse... A quoi ça servirai? Juste une envie énorme de
pleurer et de hurler "personne ne demande que ce genre de chose aussi horrible lui arrive au même titre que personne ne demanderai qu'on le brule vivant !"...

Vivi 11/06/2012 01:03



Parfois effectivement, notre bon sens nous interdit de rétorquer face à des imbéciles (non non ce n'est pas un jugement ^^)... disons aux gens tellement loin de nos opinions qu'ils n'entendraient
pas notre voix et qu'un conflit les enfermeraient encore plus dans leur extrémisme...


Tu as fait ce qu'il fallait, il convient désormais qu'on se fasse une soirée ensemble pour remonter le niveau :D Chouchen samedi 23 ?



Little Illy 08/06/2012 23:18

Après un court débat, j'ai pu entendre dire "si on regarde son point de vue de manière philosophique, les personnes violées le cherchent... si elles ne voulaient pas être violées, elles resteraient
chez elles."
Je voulais faire partager un autre point de vue qui n'est en aucun cas le mien.

Vivi 10/06/2012 15:33



Toi tu as dû passer une soirée bien merdique avec ce type de réflexion...


Je pense ne pas vouloir savoir qui t'as sorti une telle chose (de peur de le ou la connaître). Ca fiche vraiment la trouille des argumentaires pareils. Par extrapolation, ça veut quand même dire
que toute personne faisant du mal à une autre a raison de le faire car sa victime lui en a laissé l'opportunité (et que donc il/elle l'a bien cherché !)


Bref, monde de m****



didi 08/05/2012 18:10

Alors, j'ai lu et relut cette lettre... et j'ai juste envie de dire que si un jour, cette femme se fait agresser sexuellement par un inconnu ou son mari, j'aimerai que le jour où elle décide de
porter plainte, elle tombe sur une flic qui a vu cette émission et que cette flic refuse sa plainte en lui renvoyant ses arguments dans la tête. Voilà. A toutes les femmes violentées ou violée,
continuez à briser votre silence et portez plainte car même si le taux de plainte augmente, je suis sûre qu'il reste des milliers de femmes qui souffrent en silence.

Vivi 09/05/2012 07:33



Et tu as (malheureusement) raison, la preuve avec le site "pas de justice, pas de paix" qui a lancé il y a quelques mois une campagne via Twitter, nommée "je n'ai pas porté plainte".


Voici les messages reçus, preuve que beaucoup de crimes restent tus et impunis : http://pasdejusticepasdepaix.wordpress.com/jenaipasporteplainte/


Merci de ton coups de gueule, luttons contre la loi du silence !


Bisous ma Didi



Présentation

  • : Le blog de Vivi
  • Le blog de Vivi
  • : Dialecticienne de pacotille, féministe de canapé, bavarde qui ferait mieux de plus écrire et de moins l’ouvrir ;)
  • Contact