Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 10:28

« Rebelle ». En version originale, « Brave ». Voici le dernier Disney-Pixar qu’il me fallait voir.

« Surtout toi qui est féministe ! C’est une fille qui refuse son statut de princesse ! Ca change des Disney habituels »

 

Alors oui, j’étais curieuse.

Et bien… déception. « Brave », c’est sans doute la réduction de « Brave fille…. ».

 

 Je ferai court.


- Premièrement, le scenario est très vide. Il ne se passe pas grand-chose qui ne soit cousu de fil blanc (ceux qui ont vu le film comprendront le second degré de cette phrase).

 

- Deuxièmement, le « féminisme »reste tout relatif. Notre héroïne combat simplement le mariage forcé à 15 ans. Wouhou ! Quelle avancée remarquable ! Quel avant-gardisme prononcé dans les studios Disney ! Et puis, ce n’est pas qu’elle ne veut pas se marier, fonder une famille et s’occuper de sa petite tribu toute sa vie…. C’est juste que… pas tout de suite. Ah oui, et puis elle veut avoir le choix de tomber amoureuuuuuuse !

 

- Troisièmement (attention au spoil), elle sauve le monde en faisant de la couture (true story !) et nous pouvons la voir à la fin du film trépigner comme une greluche, vêtue de sa joli robe de princesse, avant de dire au revoir à ses invités alors qu’elle tisse avec môman.

 rebelle_brave_pixar_1.jpg

Effectivement, elle tire à l’arc comme Robin des Bois mais franchement, ça reste l’histoire d’une crise d’adolescente avec pour seule morale de faire comme maman quoiqu’il arrive (hormis le mariage sans amour milles excuses). Une vaste blague. Même la Petite Sirène s’en sort mieux.

 

Que ceux qui ont vu un message féministe dans le rôle de la jeune rouquine m’explique. Que ceux qui ont vu une image de femme forte en sa mère, douce, gentille mais autoritaire qui passe sa journée à expliquer les (ses ?) bonnes manières à  son mari et ses trois enfants et à enseigner « la perfection » à sa fille. Tout ça avec une voix off qui nous explique que « c’était son destin »…

 

Conclusion, le féminisme à la sauce Disney c’est avoir le choix de devenir une quiche ! Bien vu !

 

Sans compter que certaines critiques parlaient d’homosexualité dans ce film… My God ! J’ai raté les messages subliminaux sans nul doute ?!

 

Bref, tout ceci a occupé 2h de mon voyage en avion (dont la rédaction de cette courte critique) mais je passe mon tour. Autant regarder « Intouchables » une seconde fois pour vérifier si je le trouve toujours aussi immoral…

 

Oh la réac’ de mauvais poil ! J’ai mes règles ou bien ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

removing tonsils and adenoids 06/10/2014 09:21

I too agree with you on this. Walt Disney always gave priority to women. It is evident from the women centric characters in their cartoons. The recently released movie of Walt Disney “Brave” also tells the life of a girl.

Vivi 06/10/2014 10:23

The concern is that the Disney girls are all made in the same mold : princess dress, naivety/gullibility and with a unique goal for their life : find a man and find the real loooooove...

So old school and a little sexist, no ?

Bogloss33 07/11/2012 15:41

Waow ! Moi qui pensais simplement être allé voir un dessin animé histoire de titiller la fibre épique de mon imaginaire...

Comme d'hab' c'était mignon tout plein : pas de pelotage et aucun prétendant de la belle princesse n'essaie de planter son aiguille, ni même de l'attirer dans une botte de foin au risque de l'y
perdre... 8-)

Si on situe la scène du film "historiquement" parlant (oui je mets des "" parce que bon c'est Disney quand même) la femme n'a effectivement de place qu'autour du foyer même si ce ne fût pas le cas
dans toutes les civilisations. On trouve cependant beaucoup de nuances dans ce rôle, parfois dénigré, parfois respecté : chez les nordiques, Mme Viking avait un sacré poids (y compris celui du
divorce) elle seule avait la "clé" de la maison et décidait finalement de la ligne de conduite de la famille, M. Viking étant chargé de ramener ce dont la famille avait besoin. Tout ça pour dire
qu'il y a un temps pour tout et puis d'abord le changement c'est maintenant c'est notre Président qui l'a dit.

Concernant l'héroïne (la fille, pas la drogue) oui c'est simplement une ado qui fait sa crise et si à la fin elle paraît ressembler un peu trop à sa mère c'est selon moi d'un parce qu'elle a failli
la faire tuer, qu'elle culpabilise et qu'elle cherche à lui faire plaisir et de deux qu'elle s'est rendu compte que sa mère est bien plus qu'une bobonne passive comme le montre la scène du discours
où Merida utilise les paroles de sa mère pour unir toute une assemblée hostile.

Après, oui, tout est un peu trop facile dans ce film mais bon il faut bien penser que c'est un dessin animé principalement destiné aux enfants et donc n'apportant pas véritablement de quelconque
message.

Me concernant, je n'avais lu nulle part que l'héroïne Rebelle serait un symbole du féminisme, seulement que le héros du film serait une femme (comme Mulan) qu'elle serait courageuse (comme Mulan)
et rebelle (comme Mulan) ; par contre elle est rousse (pas comme Mulan) mais ça aurait pu être pire, elle aurait pu être blonde hein ;-)

Je suis allé voir ce film avec 2 copines et tout le monde avait un grand sourire parce qu'il y avait de bons ingrédients quand même (pas l'originalité du scénar je vous l'accorde) que ce soit au
niveau de la réa, des blagues des triplés ou encore du souffle épique :-D

Vivi 27/03/2013 16:24



Merci Blogoss de me faire relativiser ce film. Disons que son principal défaut est d'avoir été vendu comme un dessin animé avantgardiste, féministe et pro lesbianisme.


Avec une telle pub en amont, effectivement, il faut du lourd et c'est sans nul doute l'unique légèreté du scénario qui m'a agacée au plus haut point.


Bon, le prochain Disney je vais le voir avec toi et tes dizaines de groupies ;)



BloodOfGoo 15/10/2012 17:56

Pardon j'ai fait tout un tas de fautes, je ne me suis pas relue :'(

BloodOfGoo 15/10/2012 17:55

Bon, j'ai pas vu le film, je préviens. Mais d'après ce que tu m'en dit, je le regarderai avec un oeil aiguisé, un magazine de Causette près de moi et un soutif à brûler au cas où, promis.
Bref, blague à part, il est effectivement étonnant de constater à quel point Disney n'arrive pas à sortir de l'image la sphère familiale de l'avant-guerre (avant que les femmes ne remplacent leur
mari pour faire tourner la boutique en gros). C'est dingue, j'ai l'impression qu'en tant que femme on ne reconnaît notre valeur d'être humain qu'a partir du moment où on organise son foyer selon la
parfaite représentation familiale que les gens se font. Si une femme est chef d'entreprise, qu'elle se casse le cul à faire un bon travail mais qu'a côté son foyer n'a ni enfant, ni au mari, ou
pire, si elle a un enfant mais que c'est le mari qui s'en occupe, tu peux être sûre qu'on retiendra d'elle que c'est une mauvaise mère. Pas une brillante chef d'entreprise, pas la personne à
l'écoute et chaleureuse qu'elle peut être, non non. Sa valeur est indissociable de son foyer, point.
C'est rageant, à la limite tu te demandes à quoi ça sert de se donner autant de mal pour d'avoir une certaine crédibilité dans nos choix de vie et d'essayer de stopper la sexualisation de certains
domaines de société.
Bon, il y a plus qu'à espérer qu'ils nous fasse une version masculine avec un garçon qui est obligé de devenir chevalier alors qu'il rêverait de devenir ménestrel ;)

Vivi 03/11/2012 19:17



J'ai la larme à l'oeil ma biche ! Tu résumes si bien ma pensée.


Avec ta permission, je te note sur ma liste d'invités de mes manifs 2013 (oui je vais sans nul doute m'investir plus grandement dans mes convictions très bientôt ^^ !) ;)


Bisous et à très bientôt autour d'un verre de vin et d'un bon docu !


 



Présentation

  • : Le blog de Vivi
  • Le blog de Vivi
  • : Dialecticienne de pacotille, féministe de canapé, bavarde qui ferait mieux de plus écrire et de moins l’ouvrir ;)
  • Contact