Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2009 1 20 /04 /avril /2009 22:51

« Manges tes légumes ! »

« NON ! »

Mais pourquoi était-ce si simple dans notre enfance de dire « non » ? Soyons honnête, nous avons tous été un jour de petits insolents avec ce simple mot…

Ma question est : « quand ce mot est-il sorti de notre vocabulaire naturel ? ».

 

21h30, j’ai du boulot en retard, je n’arrive à rien devant mon ordinateur, mon appart semble avoir vécu un séisme, j’ai même pas pris de douche aujourd’hui et la seule chose qui résonne dans ma tête c’est : « arrête-toi, vas prendre un bain et ça ira mieux… tu n’es plus productive pour un sou…. ».

Et alors que je me dirige vers la salle de bain, le téléphone : « salut ! je suis pas loin de chez toi, tu m’offres un jus ? »... « euh… ben…. ok… à de suite… fais pas attention au bazar »… « J’arrive dans 5-10 minutes ».

Fini le bain, finie la solitude qui régénère… bonjour ménage à la va-vite, sonnette, porte, assied-toi, café, thé, biscuits, blabla, et le boulot, ben je suis à la bourre, et les amours, ben toujours pareil, et toi, moi ça va, fait plaisir de te voir, tu sais ce que deviens machin, non sans blague, et tu as vu aux infos, oui c’est sidérant, et la famille, maman va bien, papa fait n’importe quoi, le frangin est toujou

rs le même…

Et à chaque minute qui passe, chaque minute où mes yeux tombent, chaque minute où je pense à mon boulot en retard… cette petite voix dans ma caboche (oui je ne suis pas toute seule dans ma tête) me répète inlassablement : « Ah… si seulement tu avais 5 ans !!! »

 

Je visualise la situation. 21h30, « salut ! je suis pas loin de chez toi, tu m’offres un jus ? » « Non. »

Et c’est tout !

 

Tiens, c’est vrai, le « non » n’a pas seulement disparu de notre vocabulaire, il s’est agrandi d’argumentaires de 800 mots minimum !

Mais que s’est-il passé pour que nous en arrivions là ?

 

Face à un comportement inexpliqué, j’ai appris à toujours chercher la source, autrement dit, qu’est ce qui nous motive à dire « oui » quand on pense « non », et à accompagner nos « non » de tirades d’excuses et de justification ?

 

J’ai passé ma semaine à comptabiliser les « non » difficiles à dire et les occasions sont multiples : chez le coiffeur qui veux couper 2 cm de plus, avec des amis qui veulent m’amener au ciné, avec l’hôtesse de caisse qui me propose une carte de fidélité, avec un ami qui me donne un conseil que je ne veux pas suiv

MademoiselleOmNHdef-1Couv.gif

re…

 

Résultat de mon expérience, la première motivation… c’est la peur… peur du conflit pour être plus précis. C’est d’ailleurs pour cela qu’on ne peut s’empêcher d’expliquer notre refus…

Notre cerveau (animée par une certaine conscience j’imagine) pèse rapidement le pour et le contre et nous imprime toujours le même résultat : le regret c’est toujours mieux que le conflit !

 

Et bien il est tant que notre  cerveau change la donne ! Car pire que tout avec ce système, le seul « non » que nous arrivons à articuler sert encore à éviter le conflit … « je te dérange ? » « euh… non 

». Mais de qui se moque-t-on ? De nous c’est évident ! Mais bon sang, a-t-on tant à perdre à être honnête ?!

 

Nouvelle résolution : s’éviter tout regret en assumant ses décisions et prendre le risque d’un conflit… quel challenge ! Oui, certain diront que dire « non » systématiquement c’est être un peu égoïste et associable… mais à mon sens c’est avant tout une histoire de survie ! ^^

 

Mais je vous pose la question, si ce n’est pas la peur du conflit… qu’est-ce qui vous a ôté cet art enfantin de dire « non » quand vous ne voulez pas faire quelque chose ? Après tout, a-t-on toujours le choix ? Est-ce parfois notre propre intellect qui nous fait croire que nous n’avons pas le choix ?...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Isa 10/10/2010 18:42


Après je précise quand même que je me fais encore beaucoup avoir, mais j'y travaille activement! ^^


Vivi 11/10/2010 10:13



Ben oui, exemple samedi soir : "ça te dérange pas de lire mon blog et de faire des commentaires ?" (rires) xD



Isa 10/10/2010 18:41


J'ai arrêté de dire "non" quand j'ai eu peur qu'on me juge et surtout qu'on m'aime moins pour ça.
Mais en vieillissant, j'ai décidé de ne plus me laisser embêter par personne car... j'ai décidé de m'aimer! Double avantage: même si les gens m'aiment moins, moi, je m'aime toujours, et quand je
dis "oui", au moins, c'est sincère et les gens le savent.
Quant aux malotrus spécialistes du "ça te dérange pas si..." et autres questions biaisées du genre "tu sors à quelle heure?" quand la vraie question est "est-ce que tu peux me servir de taxi?", ça
leur fait beaucoup de bien de se prendre un "non" dans la tronche, et surtout, un "non" auquel je prends bien soin de n'accoler aucune justification (ou un "j'ai pas envie" s'ils insistent).
Voilà ma belle, et sache que je suis en train de dévorer tes articles, merci de m'avoir donné l'adresse.


Vivi 11/10/2010 10:12



Merci à toi pour ton commentaire avisé !


C'est un dur boulot que de savoir dire "non" sans culpabilité. Félicitations !! :)


Bienvenue dans mon cercle fermé de lecteur ;o)


Bises



Dloy 25/05/2009 15:03

Non en effet pas facile. Jusqu'où devons nous allez pour les autres? Si tu as une règles à proposer je serai ravie de la connaitre ^^ et pourquoi pas l'appliquer ^^ (mais je ne te promets rien car il est très difficile de pouvoir le faire!). J'ai hâte de te voir aussi ma belle vivement bientôt (l'anonymat reste pour la date, le lieu et les personnes aussi lol mdr).

Bon je suis ravie de voir que ton blog est toujours aussi agréable ^^ ! Continue à bien écrire (mieux vaut écrire peu de texte mais avoir de la bonne qualité)^^

Vivi 31/08/2009 09:25


C'est évident que je ne fais pas dans la quantité ! :)
Allez je vais m'y remettre, surtout que ce dernier mois a été positivement chargé de discussions inspirantes sur des thèmes génériques mais toujours "philosophables" (tel que la violence, la
différence entre intelligence et instruction, l'écologie culpabilisante...) et d'autres plus contreversés (la peine de mort, l'adoption homosexuelle...). Bref, mon blog a de beaux jours devant lui
car la nature humaine et notre planète regorge de questions et de mystères que j'aime coucher sur le papier... ^^


Dloy 25/05/2009 14:48

Ce qui me pousse à dire l'inverse de ce que je pense (cad non au moment ou je veux dire oui ou oui au moment ou je veux dire non... heu ... voyons... peut être que pour moi c'est la peur de faire mal à la personne qui est en face de moi; la motivation, dans mon caractère à toujours être disponible à ceux qui m'entoure;A pouvoir tendre la main à la "race" humaine! Mais j'aimerai apprendre à redire ce mot qui m'échappe car il y a beaucoup de situations qui me jouent des mauvais tours par la suite d'une telle réponse! Est ce que ça montre un esprit faible? Est ce que ça signifie qu'on est égoïste?? Je n'en sais rien...

Vivi 25/05/2009 14:53


Pas facile de trouver un juste milieu entre le respect de soi et celui des autres !
Et si comme toute chose bien huilée il suffisait de déterminer dès le départ les règles du jeu ?...
Vivement qu'on se voit autour d'un thé pour en discuter ma jolie Dloy ^^


Présentation

  • : Le blog de Vivi
  • Le blog de Vivi
  • : Dialecticienne de pacotille, féministe de canapé, bavarde qui ferait mieux de plus écrire et de moins l’ouvrir ;)
  • Contact