Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 09:19

Cher monsieur,

 

J’ai ouï dire par certains collègues que nous avons en commun que mon physique vous plaisait.

 

Je tiens, par cette lettre, à vous présenter mes excuses.

 

Mes excuses car je ne suis pas cette femme que vous fantasmez.

 

Je ne suis pas cette femme qui considère comme de la flatterie les termes que vous avez utilisé pour me décrire.

 

Je ne suis par ailleurs pas cette femme qui aime qu'on la décrive physiquement pour en parler.

 

Je ne suis pas cette femme qui choisit ses vêtements le matin en pensant à vous et à ce que vous pourriez aimer ou non.

 

Je ne suis pas cette femme qui trouve des excuses pour travailler avec vous pour le simple plaisir de se laisser regarder par vos yeux pernicieux.

 

Je ne suis pas cette femme qui fantasme à l’idée de savoir qu’à quelques mètres de son bureau, un collègue explique à son équipe comment il voudrait lui faire l’amour (mille pardon, je traduis sans doute mal votre « péter la rondelle »).

 

Je ne suis pas cette femme qui aime qu’on parie sur son tour de poitrine (enfin, je veux dire « gros roberts ») après une réunion de travail.

 

Et je tenais donc à vous présenter mes excuses car non seulement je ne suis pas cette femme mais sachez que cette femme que je dépeins et que vous fantasmez n’existe pas. Personne ne tient à être humilié de la sorte, pas même cette sous-catégorie que vous toisez allègrement et que vous pensez devoir dominer. Non, les femmes sont des êtres humains comme vous et mérite le respect, comme vous. Malgré votre comportement.

 

Vous comprendrez bien que si notre collaboration ne vous ramène qu’à mon physique et à des supputations de ce que vous pourriez faire de mon corps, je ne puis plus longtemps perdre mon temps à travailler avec vous. Car, bêtement (encore toutes mes excuses), j’ai collaboré avec vous pour simplement faire mon travail et je me trouve bien sotte d’avoir cru que nous avions en commun un  certain professionnalisme.

 

La seule chose que nous avons en commun, ancien collaborateur, c’est le fantasme. Car si vous, vous fantasmez et digressez sur la manière de soumettre les femmes à vos désirs sexuels,  je fantasme quant à moi sur le fait que des types comme vous n’existent plus.

 

Nous voilà tout deux déçus. Encore pardon.

 

Bien à vous,

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Vivi
  • Le blog de Vivi
  • : Dialecticienne de pacotille, féministe de canapé, bavarde qui ferait mieux de plus écrire et de moins l’ouvrir ;)
  • Contact